Archives pour la catégorie 4 APARTHEID & HISTOIRE

Nelson Mandela, 11 février 1990, il y a vingt ans…

Que vous inspire Nelson Mandela? (SVP laisser un petit commentaire)

J’ai toujours un souvenir précis et ému du 11 février 1990. Et pour cause…Après mes études, j’avais quitté Nantes pour partir un an à Bristol en Angleterre. Mon colocataire était sud-africain. J’avais une vision un peu trouble de ce pays. A cette époque, ma connaissance de l’Afrique du Sud se résumait à trois mots : Mandela, apartheid et Soweto.  Et puis il y a eu cette date historique du 11 février 1990.  La télévision était allumée et mon colocataire – blanc, sud-africain – avait les yeux rivés sur le poste. Des millions de télés étaient allumées sur la planète pour suivre un évènement en direct. Le monde entier guettait le visage de cet homme qui sortait après 27 années de prison . L’Afrique du Sud était en liesse et attendait le visage de Mandela que l’on ne connaissait que sur des photos qui dataient de 1962. Mais à la maison, c’était un peu la tension. Je jetais des regards en coulisse et je me sentais mal à l’aise. Ce colocataire était à des milliers de kilomètres de son pays, il  suivait en direct un évènement déterminant pour l’histoire de son pays. Il était sud-africain.  Il était blanc.  Donc il était raciste. Donc c’était un fervent partisan de l’apartheid ! Ce  raccourci pouvait sembler très brut mais c’était ce qui me trottait dans l’esprit et sur le moment cette déduction me semblait d’une logique affreusement implacable ! Et comme en plus il n’était pas très bavard de nature, je ruminait encore plus. Heureusement, comme s’il avait lu dans mes pensées, il est venu à mon secours. Il s’est tourné soudainement vers moi et me dit :

« – Tu dois te demander ce que j’en pense ?
-Euh..ben…oui…
- C’est une bonne chose enfin que de libérer Mandela » 

Concis mais clair. Au moins cela a eu le mérite de détendre sacrément l’atmosphère !  Et pour être plus explicite, il a cru  bon d’ajouter :

« – Je ne suis pas Afrikaner, moi ! Je suis de souche britannique »

Ce qui ajoute atrocement à ma confusion ! J’apprendrai beaucoup plus tard ce que c’est qu’un ‘afrikaner’ (descendant des colons hollandais), un mot dont beaucoup  d’Européens ont encore du mal à cerner la signification.

Petite leçon d’histoire sportive

Sous le régime  d’apartheid,  le rugby était perçu comme l’étendard sportif de la minorité blanche au pouvoir.

                  rygby.jpg   

  « Hé! Est-ce qu’on peut récupérer notre balle »

Tee-shirt : « Héritage de l’apartheid »

La finale de la Coupe du monde de rugby 2007 samedi a marqué un nouveau chapitre dans l’histoire sportive sud-africaine.

Petite rétrospective historique du sport sous le régime d’apartheid :

- 19ème siècle : le rugby est introduit en Afrique du Sud par un instituteur anglais.

1899-1902 : à l’issue de la Guerre des Boers, les prisonniers  anglais jouent au rugby pour se changer les idées et le sport gagne en popularité.

1969 :  le parti National afrikaner au pouvoir connait une crise sérieuse lorsque des joueurs de rugby néo zelandais maoris apparaissent dans leur stade pour une rencontre sportive.

Le rugby, importé par les anglais, est un sport vite dominé par les Afrikaners. Pendant des décennies, cela fut  pour eux une forme d’identité.

En raison de l’apartheid, le pays est mis au ban de la communauté internationale et donc ne peut participer à aucune compétition sportive internationale.

Aujourd’hui, reste qu’au pays de la nation arc-en-ciel, hormis deux métis (Habana et Pietersen), la quasi-totalité des 22 Springboks de la finale sont de souche afrikaner. Signe de la domination durable sur ce sport – son élite en tout cas – de la minorité ethnique qu’on qualifie parfois d’une des deux « tribus blanches » d’Afrique du Sud: les Afrikaners (de langue afrikaans) aux côtés des  Anglo-africains, de langue anglaise (2,5 à 3 millions chacune, pour 40 millions de Noirs).

Prochaine grande étape sportif et enjeu de taille : la coupe du monde de football qui se déroulera en Afrique du Sud en 2010.

  

Lieux publics séparés…Hum! Hum!

Ca fait toujours réfléchir…

Qui a eu cette idée folle

D’un jour inventer ces drôles de symboles?

(Pour savoir : réponse « codée » en bas de la page)

segregation.jpg

stairs2.jpg

apartheid.jpg

Réponse : « C’est ce…sacré Hendrik F..woerd! Hendrik F..woerd! »

PS : Douloureuse petite piqûre de rappel en jetant un oeil sur ces autres pancartes d’un autre temps pas si éloigné sur http://cyriaquenoffirg.unblog.fr/2007/05/14/19/

 

Du boycott olympique à la Coupe du Monde de Football 2010

sport73.gif

     En 1969, le gouvernement sud-africain accepte sur son territoire la présence de joueurs maoris parmi l’équipe de rugby néo-zélandaise venue rencontrer les springboks sud-africains.  Des non-Blancs dans une rencontre sportive blanche ! Cet « égarement » provoque un tollé chez les héritiers spirituels de Verwoerd, premier ministre considéré comme l’architecte de l’apartheid. Pour protester, une scission apparaît alors au sein du Parti National avec la création du HNP (Parti National Reconstitué).

    Dans les années 70, l’ONU décide de boycotter l’Afrique du Sud et son régime raciste.  Parmi les formes de boycott, il y eut le boycott sportif décrété par le Comité International Olympique. Le pays est mis au banc de la communauté internationale et interdite notamment de toute rencontre sportive. 

  L’Afrique du Sud pourra réintégrer l’arène olympique lorsque le CIO estime que l’apartheid est aboli à l’aube des années 90. 

  Que de chemin parcouru depuis lors…    2010 : La Coupe du Monde de Football. 

   Un grand symbole qu’une rencontre sportive d’une si grande envergure se déroule en Afrique du Sud en 2010. 

Histoire en un clin d’oeil : chronologie des grandes dates

- REPERES HISTORIQUES – 

1652 – Les premiers colons hollandais débarquent au Cap. La Compagnie des Indes néerlandaises installe une station de ravitaillement. 1688 – Des huguenots français, fuyant la révocation de l’Édit de Nantes, arrivent au Cap. Ils ne sont que 200, mais représentent 15 % de la population européenne. 

1820 -  Cinq mille colons britanniques débarquent au Cap. 1833 -  L’abolition de l’esclavage par la Grande-Bretagne provoque la ruine de beaucoup de  petites exploitations hollandaises qui utilisaient de nombreux esclaves noirs. 

1834/1854 – Fuyant l’ordre britannique et refusant l’égalité avec les noirs, douze mille fermiers afrikaners s’exilent vers l’intérieur du continent, en quête de nouvelles terres. Ils fondent les républiques Boers du Transvaal et de l’Etat Libre d’Orange. Au Sud et à l’Est, le Natal et le Cap seront les deux territoires britanniques. Durant cette grande migration (le Grand Trek) se déroule la bataille de Blood River contre les zoulous. 1880/1881 – Première guerre des Boers contre les Britanniques. Victoire des Boers qui récupèrent leur indépendance (perdue en 1877 lors de l’annexion britannique) 

1899/1902 – La présence d’or et de diamants en territoire boer attise la convoitise des Anglais et déclenche la « guerre des Boers ».   1910 – Création de l’Union Sud-Africaine,  sous égide de la couronne britannique. La nouvelle nation est créée par la réunion des deux Etats afrikaners du Transvaal et de l’Etat Libre d’Orange, et des deux Etats anglophones  du Cap et du Natal. 

1948 – Les Afrikaners gagnent les élections. Le Parti National met alors en place la politique de « développement séparé » des races -   l’apartheid -     Années 50 - Mise en place de toute une série de lois destinées à systématiser la politique (Loi sur la répartition des terres, apartheid résidentiel, interdiction de mariages interraciaux, etc.…) 

1961 – L’Afrique du Sud désire farouchement libérer le pays du joug du Commonwealth. Proclamation d’indépendance de la République d’Afrique du Sud. 1962 – Nelson Mandela, chef de l’ANC, est condamné à la prison à vie. 

1990 - libération de Nelson Mandela, emprisonné depuis 27 ans. 1991 – Abolition de l’apartheid et instauration d’un régime démocratique. 

1994 : Premières élections démocratiques multiraciales. L’ANC l’emporte largement et Nelson Mandela devient le premier président noir de l’Afrique du Sud. 1998 – La   Commission de la vérité et de la réconciliation, rend son rapport après avoir entendu les victimes du régime d’apartheid. Elle est chargée de recenser les crimes commis et d’accorder le pardon contre des aveux. Aucun tortionnaire ne sera poursuivi. 

1999 :   Thabo Mbeki est élu président. 2004 :  Nouvelle victoire électorale de l’ANC.avec la réélection de Thabo Mbeki. 

Le massacre des enfants de Soweto

1976 : cette année reste douloureuse dans la conscience noire. 

Les écoliers et les lycéens descendent dans la rue pour protester pacifiquement contre une nouvelle décision du gouvernement : l’obligation pour eux d’apprendre à l’école l’afrikaans. L’afrikaans, c’est la langue des afrikaners, celle que les Blancs parlent depuis trois siècles dans ce pays. La langue afrikaans n’est ni plus ni moins que du hollandais « créolisé » développé au fil des siècles par les colons hollandais établis en Afrique du Sud.

C’est la révolte des enfants de  Soweto. Le 16 juin 1976, la police tira sur une manifestation de lycéens. Le chiffre exact de jeunes lycéens tués n’a jamais été réellement sûr mais on peut l’estimer à plusieurs centaines. Ce fut le début d’une série de grèves et de manifestations qui gagnent les ouvriers et qui, en quelques mois, firent plus de 1000 morts. Une nouvelle génération s’engagea dans la lutte contre l’apartheid.

 sanstitre1.jpgCette photo d’un jeune noir de 13 ans, mort sous les balles de la police, fait le tour du monde et choque l’opinion internationale. L’ONU s’insurge et renforce le boycott du pays en guise de protestation. 

Quelques exemples de lois ayant mis en place le système d’apartheid

Lorsqu’en 1948, le Parti National afrikaner gagne les élections, ce dernier va mettre en place le système d’apartheid. Ceci permettra de « légaliser » la discrimination basée sur des critères raciaux. L’apartheid ; c’est la ségrégation raciale ou, comme le disaient alors les dirigeants de l’époque de façon politiquement correcte : « la politique de développement séparé »… 

Un tas de lois vont naître dans les années 50. 

En voici quelques exemples :  - Loi sur l’interdiction des Mariages Interraciaux (1949) : interdiction de se marier entre gens dits de « race » différente. Ceci ne sera aboli qu’en 1985 ! 

-  Loi sur l’Immoralité ( 1950) ; les rapports sexuels entre noirs et blancs sont hors la loi. De ce fait, vous pouviez avoir une amende ou faire de la prison. 

- Loi sur la Classification de la Population ( 1950) : on peut la considérer comme la plus importante car elle déterminait vraiment votre parcours de vie du berceau jusqu’au cimetière. Il était obligatoire de mentionner sur sa carte d’identité son appartenance raciale (noir, blanc, métis, asiatique…). Elle fait partie des 3 dernières lois abolies seulement en 1991. 

- Loi sur les Zones Résidentielles (1950) ; lieu de résidence obligatoire assigné en fonction de sa couleur. (en vigueur jusqu’en 1991)                                             

- Loi sur la Prévention d’Etablissements Illégaux (1951) : loi interdisant le squat et pour lutter contre les millions de personnes essayant de fuir les zones les plus pauvres.  -  Loi sur les Indigènes des Villes (  1952) ; autorisant les noirs à vivre dans certaines zones blanches à des fins économiques. 

- Loi sur l’Education Bantoue ( 1953) : ségrégation en matière scolaire. Le gouvernement d’alors met en place une éducation très minimum pour les noirs.               

- Loi sur le Cloisonnement des Espaces Publics (1953) ; les fameux panneaux que l’on trouvait partout jusqu’en 1985 et interdisant aux noirs la fréquentation de tous les lieux publics pour Blancs.         - Loi sur la Citoyenneté et les Homelands Bantous (1970) : l’objectif était de créer dix réserves ethniques morcelées sur tout le territoire dans le but de faire perdre la nationalité sud afrIcaine aux non-Blancs. 

- Loi sur la Répartition des Terres (1950). Le calcul est simple : 13% des terres aux 30 millions de Noirs et 87% des terres aux 5 millions de Blancs. 

L’APARTHEID MESQUIN : L’APARTHEID DES PANNEAUX

« Plage et Mer pour Blancs seulement » 

beach.jpg 

(cliquer sur les photos pour agrandir)

« Chaque individu doit occuper la place qui lui revient dans la société »…

…A partir de ce principe, l’apartheid – appelé de manière politiquement correcte la « politique de développement séparé » – a engendré un univers de panneaux et donné naissance à ce qu’on a appelé « l’apartheid mesquin » car ces pancartes étaient  le pire reflet visuel du système et touchaient à la vie de tous les jours. Ce système entré surtout en vigueur dans les années 50 a persisté jusqu’au milieu des années 80.  Une tragique farandole de panneaux apposés partout dans les lieux publics – en deux langues, anglais et afrikaans – et destinés à réglementer ou interdire l’acces en fonction de la couleur de la peau (avec une tendance à 100% à interdire à ceux qu’on appelait pour être politiquement correct les « non-Blancs »)

Plages, cinemas, restaurants, hôtels, parcs, postes, banques, toilettes,transports urbains, ferroviaires et aériens,écoles, maternité, cimetieres, taxis, ambulances, escaliers, ascenseurs… Et j’en passe…..On y lisait généralement « Pour blancs seulement » « pour non-blancs seulement »….

Voici ci-dessous un petit florilège de ces bêtises de pancartes

durbanbeach1.jpg« Aux termes de l’article 37 de l’arrêté municipal concernant les plages de Durban, ces eaux de baignade sont réservées uniquement aux personnes appartenant à la communauté raciale blanche »   

park.jpg« Ceci est votre parc, veuillez le garder propre. Ramasser des fleurs dans ce  parc est interdit. Endommager les arbres ou les plantes sera puni. Les chiens ne sont pas autorisés. Il est interdit de circuler à bicyclette. Ne marchez pas sur les pelouses. Il est interdit de jouer au ballon. Les aires de jeux ainsi que les équipements de jeux sont uniquement destinés à l’usage des enfants européens. »

apartheidsign.jpgA  L’USAGE DES PERSONNES BLANCHES / Ces locaux publics et les installations et services qui y sont rattachés sont réservés à l’utilisation exclusive des personnes blanches. 

bahaapartheidsignage.jpgDANGER /   Indigènes, Indiens et Métis. Si vous pénétrez dans ces locaux de nuit vous figurerez parmi les personnes disparues. Des gardes armés tirent à vue. Des chiens sauvages dévorent les cadavres. Vous avez été mis en garde!

bench.jpg  »Pour européens seulement » 

stairs.jpg Sans commentaire…

girl.jpg  »Noirs, métis et asiatiques » (toilettes)

 

…pendant ce temps, aux Etats-Unis……        sanstitre.jpg 

ksar-hellal"sacrifiee,abuse... |
LES INJUSTICE |
sijetaismairedeTournehemen2008 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Création d'entreprise dans ...
| La Flèche Noire
| la simpson